Home » Comment réussir un divorce sans trop briser tous les bons souvenirs ?

Comment réussir un divorce sans trop briser tous les bons souvenirs ?

par Rose

Comment réussir un divorce sans trop briser tous les bons souvenirs ?

Le divorce est une décision difficile, mais pour que cet événement ne soit pas traumatisant pour les enfants et les parents, il est conseillé d’être préparé à chaque étape de la procédure de divorce, notamment pour éviter que la procédure ne s’éternise.

Oser le divorce par consentement mutuel

Le divorce est une question d’opinion pour de nombreuses personnes, mais lorsque les deux parties acceptent de procéder à un divorce, un dialogue s’engage sur les conséquences du divorce (compensation, pension alimentaire, garde, partage des biens).

Discuter ne signifie pas se laisser déposséder de quoi que ce soit, mais souvent, les conjoints sont incapables d’exprimer clairement leurs exigences, ce qui rend les discussions difficiles. Mettre par écrit ses souhaits concernant l’issue du divorce peut contribuer à sa préparation. Un divorce peut être discuté et accepté, mais la clé d’un divorce collaboratif est de savoir si le divorce est accordé ou non en premier lieu.

Protéger ses enfants en fonction de la situation

Il est souvent difficile de dire aux enfants que l’on divorce. Toutefois, il est important de leur dire que le divorce est souhaité et d’écouter également leur point de vue. Bien sûr, il ne faut pas compter sur eux pour prendre une position claire. Il très normal que les problèmes conjugaux excessifs poussent les gens à entamer les procédures de divorce.

Si les enfants sont jeunes (moins de sept ans), l’option de la garde exclusive est généralement recommandée. Toutefois, le conjoint non gardien doit savoir qu’il conserve un droit de garde complet sur l’enfant et qu’il a un droit d’hébergement et de visite. Il est également possible de choisir la garde conjointe en calculant soigneusement les semaines ou les mois de l’année où les enfants sont avec l’un des parents.

Rassembler les documents nécessaires à la préparation du contrat

  • Certificats de naissance et de mariage, datant de moins de trois mois.
  • Les certificats de naissance des enfants mineurs.
  • Copies des livres de famille
  • Documents prouvant les revenus et les dépenses, etc.

Dans le cas où il y a des lignes incomprises, il ne faut pas hésiter à recourir à un avocat professionnel comme amanibenlakhal-avocat.com pour avoir des conseils afin d’assurer la protection des intérêts avant de signer la convention.

Faire un inventaire des biens communs

Pour déposer une convention de divorce chez le notaire, il faut joindre une déclaration de règlement du régime matrimonial. Il est donc nécessaire de prévoir la liquidation des biens communs. Les biens communs comprennent tous les biens achetés par les conjoints pendant le divorce.

Si deux personnes sont propriétaires du bien, leur sort (division, vente ou répartition) doit être stipulé chez le notaire. S’ils veulent la vendre, il est plus avantageux de le faire avant le divorce. Il s’agit d’une solution simple qui évite de payer des frais supplémentaires.

Examiner les conséquences fiscales du divorce

Lors d’un divorce, on est imposé séparément pour toute l’année. La part de la personne qui a la garde est augmentée de moitié, mais la personne qui verse la pension alimentaire bénéficie d’une déduction. Les conditions de l’indemnité doivent également être prises en considération : si elle est versée sous forme de somme forfaitaire sur une période de moins de 12 mois, alors 25 % du montant est imposable, tandis que le bénéficiaire ne l’est pas. Toutefois, cela ne s’applique pas si le paiement est effectué sous forme d’une annuité pendant plus de 12 mois.

Articles Liés